Bienvenue dans l'antre de Gaueko, forum de support pour les campagnes en cours.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nenrenef "Le sans-nom"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gaueko
Admin
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 22/03/2011

MessageSujet: Nenrenef "Le sans-nom"   Dim 27 Jan - 10:55


Hesat Haeoris et Nenrenef du temps où ils étaient amants (Soknopaiou Nessos - 160 après J.C.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antre-gaueko.forumgratuit.org
Gaueko
Admin
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 22/03/2011

MessageSujet: Re: Nenrenef "Le sans-nom"   Mar 23 Avr - 12:12

"Bienvenue dans ce temple, je suis satisfait de voir que vous savez encore a qui vous adressez en période de misère. Néanmoins sachez que si vous voulez l’aide du grand maitre Seth vous devrez servir son temple avec une dévotion sans faille. Aussi si vous doutez de votre foi, quittez immédiatement ce lieu avant que je ne vous y force. Et à Soknopaiou Nessos chacun sait qu’il ne faut pas aller à l’encontre des volontés des serviteurs de Seth."

Après une courte pause, le jeune homme reprend son discours

"Apprenez que je suis Nenrenef, le favori de la grande prêtresse Hesat Haeoris. Les anciens du village vous le confirmeront à demi-mot, entre crainte et admiration, mais aujourd’hui débute ma cinquante et unième année de vie dans ce monde. Oh je ne connais que trop bien ces regard incrédule, vous doutez de mes propos, mais parlez en à la guérisseuse, elle vous racontera ma mise au monde, elle avait treize ans à l’époque, mais elle n’a jamais pu oublier un tel événement.
Seth m’a accordé ses faveurs, et en remerciement j’ai toujours servis le temple et sa grande prêtresse Hesat Haeoris, elle m’a protégée pendant toute mon enfance, m’offrant nourriture, richesse et femme à foison. Le jour de ma vingtième année, à l’apogée de ma beauté, elle a fais de moi son amant, privilège éternel que je savoure chaque jours. La jeunesse éternelle est un cadeau divin, que seuls les plus fervents serviteurs de Seth peuvent acquérir. Et il est inutile de préciser que la peste qui frappe à nos portes ne m’inquiète pas le moins du monde. Je suis d’ailleurs sûr que certain d’entre vous viennent ici justement pour ça, mais il va falloir faire preuve de foi pour que j’envisage de vous accorder ne serais ce qu’une once de mon immortalité ou bien mon aide.
Autant vous le dire de suite, les richesses ne m’intéresse pas, ni même la nourriture, mais mis à part ça je suis prêt à entendre toute proposition, pensez à ce que vous êtes prêt à perdre pour rester en vie."

Un sourire narquois se dessine peu à peu sur le visage angélique du Caïnites, les villages voisins sont tous frappés par la peste pour le moment seul Soknopaiou Nessos est épargné, jours après jours les villageois s’amasse dans le temple pour quérir l’aide d’Hesat et Nenrenef, respectivement grande prêtresse et prêtre du culte locale dédié à Seth.

"Durant les deux prochaines nuit je recevrai une à une toutes les personnes apportant un cadeau digne de mon rang, mes serviteurs seront les premiers juges de la qualité de vos présent. Choisissez bien car je n’autorise personne à se présenter plusieurs fois. Et surtout n’oubliez pas que votre vie en dépend.
Je vais maintenant me retirer, mais avant cela j’ai une dernière affaire à régler."

Descendant de son estrade, le jeune homme se dirige vers un des hommes présent dans l’assemblée, celui-ci est très richement vêtus, et affiche une certaine assurance, derrière lui se tiennent deux gardes d’expérience, lourdement armés et aux visages patibulaire, ils encadrent une jeune femme d’une grande beauté. Les deux hommes échanges rapidement, à l’écart de la foule, la discussion est vite conclus, ainsi qu’un accord, le jeune caïnites prend la jeune femme par la main et l’emmène sur l’estrade avec lui, s’en suit un rapide geste de la main, et la tête du riche homme roule sur le sol tandis que la jeune femme s’effondre et hurle de terreur, Nenrenef la retiens par la chevelure et harangue la foule.

"A l'évidence cet homme ne m’a pas écouté, du haut de sa fortune il pensait pouvoir s’acheter les grâces de notre grand maitre. Il m’a promis des richesses à n’en plus finir, et comme preuve de bonne foi, sa fille."

Il se tourne vers les deux gardes avant de reprendre :

"Lequel de vous deux a mis fin à sa misérable vie ? "

Le plus âgés des deux hommes lève doucement son arme avec hésitation, la lumière de la lune se reflétant sur la lame rougis donne un aspect sinistre à la scène, les membres de l’assemblée guette avec terreur la réaction de Nenrenef.

"Oh et bien félicitation, tu viens de gagner cette femme, prend en grand soin, son père m’a grandement vanté ses mérites, et elle est maintenant tienne, du moins pour cette nuit, mais ne la tue pas, ou bien tu seras le prochain."

D’un geste las, il relève la jeune femme et l’envoie dans les bras de l’homme d’arme.

"Ah oui j’oubliais, en récompense pour ta vivacité d’esprit, tu es mon invité, mes serviteurs te montreront ton nouveau foyer et dès demain tu commenceras ta nouvelle charge, le protectorat de ce temple. Bien, maintenant que cet incident est clos, vous pouvez rentrer chez vous, et commencer à réfléchir."

Nenrenef se retire précipitamment de la pièce principale du temple, fier de lui et de son effet, il a également remarqué la présence d’Hesate derrière une tenture, après trente années de vie commune, il savait qu’elle ne pouvait pas s’empêcher de l’observer pendant ses cérémonies. Il savait également qu’elle l’attendrait dans leur chambre commune avec sa récompense, probablement une de ses servantes personnelles, qu’ils se partageront jusqu'à plus soif.
La relation entre les deux caïnites avait toujours été fusionnel, Hésate avait tué les parents du jeune homme le jour même de sa naissance, selon elle c’était une condition absolue pour qu’il devienne un jour un grand Sétites, elle l’a ainsi façonné pendant les vingt première années de sa vie, l’aidant à devenir l’amant idéal. Quand elle lui proposa la vie de caïnites il accepta sans hésiter et ils devinrent amant, comme elle l’avait prévus. Profitant de l’isolement du village et de la crédulité des villageois ils n’eurent aucune difficulté à instaurer un culte, qu’ils dirigent ensemble depuis maintenant une trentaine d’année.

Comme prévus Hésate attendait son amant dans la chambre commune, affalé en une posture lascive, au coté d’une danseuse visiblement droguée, Nenrenef rentre dans la pièce d’un pas vif, tout en fixant Hésate il s’approche de la danseuse, renifle doucement son cou, avant de lui briser la nuque d’un geste violent et assuré. La réaction de la sétites ne se fais pas attendre, elle bondit sur ses pieds tel un chat et arbore les canines dans un rictus de colère.

Les canines du jeune homme sortent à leurs tours, la caïnites se jette sur lui, mais il la repousse violement en la jetant au sol, avant de la relever et l’envoyé sur le lit, le visage a quelque centimètre de celui de la défunte danseuse, sans lui laisser le temps de la réaction il se jette sur elle, et la mord au niveau de la jugulaire. Sa bouche se remplis rapidement de vitae qu’il lape avec gourmandise. Il l’emmène ainsi au porte de la mort, au porte de la diablerie, mais il sait exactement ou s’arrêter, cette scène a déjà été joué à plusieurs reprise. Il mènera ainsi son amante au bord de la frénésie, et quand elle sera prête, à point, il lui offrira son sang, puis ils iront tous deux chassé dans le village voisin, sous escorte des goules du temple, comme ils le font à chaque fois. C’était une habitude pour les deux amants : si elle lui offrait une servante, il se la partageait, puis s’endormait dans un cercueil commun durant la journée, mais dans le cas ou l’offrande était un artiste, il savait que la nuit serait longue et agité.

Il y a une douzaine d’année, un toréador était passé dans ce village, bien loin de ses terres, il rechercha l’hospitalité auprès des deux amants, dans un premier temps il tomba en admiration devant la passion qui unissait les deux caïnites. Mais lorsque qu’il fût, malgré lui, spectateur de leurs ébat post-cérémonie, il succomba à la bête, fort heureusement il ne fût pas d’un grand danger car ligoté à un des piliers de la chambre. Hésate affirma que son invité lui avait fais un affront et le diabla sans autre forme de procès. S’en suivis une dispute entre les deux amants, la seule qu’ils n’aient jamais eue.

La nuit suivante Nenrenef se réveilla seul dans un cercueil, de mauvais qualité de surcroit, un léger crépitement éveilla une crainte dans tout son corps, repoussant violemment le couvercle il découvrit avec horreur qu’il était pris au piège dans un cercle de feu. Hésate, était elle aussi dans la pièce, en retrait, regardant la scène le visage baigné de larme de sang. Le garde qui avait été si brillant durant la cérémonie de la veille, alimentait régulièrement le cercle de flamme.
Hésate pris la parole :


"Pardon mon ami, mais je n’ai pas le choix, la peste arrive et bientôt nous n’aurons plus assez à manger ici, je ne veux pas subir la faim ni quitter Soknopaiou Nessos, donc je n’ai pas le choix. Mais toi tu l’as, tu peux soit mourir ici dévorer par les flammes, ou bien te laisser aller à la torpeur, dans ce cas je te réveillerais après cette crise, je te le promets. Il y a un pieu dans le cercueil, fais le bon choix."

Finissant sa phrase elle se retire, abandonnant Nenrenef à son triste sort, ce dernier tente désespérément de s’échapper, mais approcher des flammes est impossible, et le garde ne répond à aucune supplication, se contentant de regarder froidement le caïnites. Dans un dernier geste de foi envers son amante il récupère le pieu et se l’enfonce dans le cœur d’un geste désespéré et succombe ainsi à la torpeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antre-gaueko.forumgratuit.org
 
Nenrenef "Le sans-nom"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'antre :: Personnages-
Sauter vers: