Bienvenue dans l'antre de Gaueko, forum de support pour les campagnes en cours.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Beyhan Kilic (perso Lami pour le spin off)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Graounette
test
avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 29/03/2011
Age : 33
Localisation : rouen

MessageSujet: Beyhan Kilic (perso Lami pour le spin off)   Lun 17 Sep - 18:48

Voici la photo de la Lami, je ne connais pas encore sa biographie, par contre je sais qu'elle sera plus dans le type assassine

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Graounette
test
avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 29/03/2011
Age : 33
Localisation : rouen

MessageSujet: Re: Beyhan Kilic (perso Lami pour le spin off)   Mar 25 Sep - 18:09

Bonsoir,

Je me nomme Beyhan Killic, mais l'on me connais plus sous le nom de Lame d'Argent. Je ne suis pas une fille comme les autres. Je n'ai pas eu le droit à une enfance normal.

Je suis née à Kirikkale dans les année 1070, je ne sais pas très bien. L'éducation est moi ça fait deux. Je suis né dans une famille pauvre. Mon père était un voleur à la sauvette, il se faisait payer pour quelques petits méfaits. Ma mère s'occupait de moi, seule fille et enfant de la famille. Elle essayait malgré tout de faire quelque travaux de couture, de ménage pour essayer de subsister. Un jour, elle tomba malade. J'avais 6ans. Elle mourut peut de temps après. Par la suite c'est mon père qui s'occupait de moi, tout en faisant ses petits boulots de malfrat. Pour faire des coups de plus en plus sophistiqué il m'appris quelques rudiments et ce servait de moi comme un appât. Nous avons, ensemble, pillés quelques voyageurs.

Un jour, cela a mal tourné. Nous avions mis au point un plan pour une attaque d'un marchand qui devais arrivé en ville. Nous avions pris en compte qu'il aurait un garde mais pas une armée. Le marchand était accompagné de 6 gardes du corps, armés jusqu'au dent. Lorsque nous avons commencés à attaquer le marchand cela à mal tourné, mon père se fit tuer sous mes yeux par l'un des gardes. J'ai juste eu le temps de fuir et de me cacher pour survivre. J'avais 14 ans. Mon père fut enterrer dans la fosse commune. J'ai dérivé quelque jours en essayant de subsister en volant quelques pommes et miches de pain. Je fouillais même dans les poubelles pour trouver des restes pour me nourrir. Au bout de quelques jours, fatiguée et affamée, je me rendis dans un dispensaire d'une ville voisine à Ankarra. Ma décision était prise, je souhaitais vivre, mais je ne voulais pas rester enfermée toute ma vie.

Le dispensaire était pour moi un moyen de survivre durant les prochaines années. La journée, je m'attelai à différentes tâches, nettoyages des lieux, lavage du lieux. Mais ma vie d'avant me manquait, la liberté me manquait. Au fil des nuits je m'esquivais du couvent sans que quiconque ne s'en rende compte. Durant ces virés nocturnes, il m'arrivait simplement d'errer ou bien d'exercer mon art et de le développer : l'infiltration dans les maison. Je ne volait que de petit objet, de la nourriture, quelques piecettes.

Au bout des années je devenais de plus en plus belle et de plus en plus intelligente. Mes stratagème pour m'infiltrer était de plus en plus au points. Il m'arrivait même de suivre des marchand, de les séduire et de les droguer pour les voler. Au fil des soirs passer à l'extérieur de ma chambre, je me suis intéressée à un homme. Il semblait riche et n'avait aucune femme. Je décidais de le suivre plusieurs soirée pour savoir un peu qui était cette homme. Il s'agissait d'un homme d’affaire assez influent, il traitait avec quasiment tous les commerçants de la villes et ceux des environs. Mais il avait un côté sombre que j'avais du mal à distingué. Pour en savoir plus, j'étais décidée à aller plus loin avec lui.
Pour parvenir à réussir la mission , je me suis décidée à quitter le couvent qui m'avais abrité depuis la mort de mon père. J'avais 17ans.

Le soir même je fis mes valises et partis avec les économies que j'avais mis de côté avec mes délits. Je me rendis directement à l'auberge de la ville et je pris une chambre pour la semaine. Je pris l'auberge ou cette homme descendait continuellement pour ses affaires. Un soir, il était seul et je décida de passer à l'action. Afin de savoir de qu'il il s'agissait je commençais à le séduire. Cet homme était grand, brun, le cheveux cours, ses habits était sobre et sombre assez beau. Mes charmes et ma séduction ont eu l'effet escompté, il m'invita à boire un verre avec lui, il se nommait Aristide Maric. Il investissait dans les marchandises extérieures pour le revendre à prix d'or dans les villes aux alentours. Je me fis passer pour une voyageuse qui allait voir sa famille lointaine. Il aimait me courtiser. Il m'offrait de petits cadeaux. Il devenait amoureux de moi. Un jour, sachant qu'il allait quitté la ville pour quelque jours, il me demanda si je serai là à son retour. J'ai bien sur dis oui. Peu de temps après qu'il soit parti, je me rendis chez lui de nuit. J'avais observer sa maison plusieurs nuit, il n'y avait personne, il n'y avait aucun domestiques, ce qui me paraissait bizarre pour une si grande maison. Je m’avança vers la porte et la crocheta, lorsque je suis entré, quelque chose de choquant, quasiment aucun meubles dans la maison, juste deux pièces occupées au rez-de-chaussée, une pour sa chambre et une pièce à vivre. Je me suis mis a fouillé. Il y avait bien des papiers d'affaires, mais aussi des lettres de commanditaires pour effectuer, ne sachant lire, je ne pu déchiffrer. Par acquis de conscience, j'ai été fouillée le reste de la maison. Je n'ai pas été déçu: or, armes, tissu rare. En regardant dans les armes, j'ai trouvée mon bonheur, deux petites dagues, aiguisées à souhaits. Sachant qu'il allait revenir d'ici 2/3 jours, je décidais de l'attendre chez lui. A son retour, il fut très étonné de me retrouver dans son salon. Après une discussion assez houleuse, je lui fit comprendre ce que je souhaitais. Je voulais reprendre du service entant que voleuse. Je lui expliqua, ce que je faisais avec mon père, les différents piège que l'on avais mis en place. Je lui ai bien fait comprendre, que même si j'utilise mes chambre pour séduire, je n'ai jamais franchi le cap avec un homme et je ne le ferais pas. Après plusieurs jours de discussion entre adulte, il m'a fait part de ses sentiments envers moi, c'est vrais qu'il ne me laissait pas indifférentes. Il m'a demandé de l'épouser, j'ai accepté. A partir de ce moment, nous avons mis au point de stratagèmes pour voler des personnes riches. De plus afin de de parfaire mes compétences, il m'appris à lire et à écrire. Lors d'un vol qui a mal tourné dans un manoir, le domestique est arrivé dans dans la pièce, afin de n'alerter personne j'ai du me résoudre à le tuer discrètement. Il s'agissait de mon premier meurtre. J'avais 21 ans.

Quelques années s'était écoulée, et je me faisais appeler Lame d'Argent, j'étais toujours marier a Aristide, on continuaient les vols et de temps en temps quelques assassinats. Un jour, un commanditaire nous a demandé de retrouver un ouvrage que gardait les moines de la ville Nevsehir et de le remettre à une personne qui se trouvait dans le village d'à côté, assez loin de là où on opère, mais la nouveauté nous aimons ça. Nous avons décidé d'y aller. Nous avons loué une chambre dans un auberge pour un mois, et nous avons étudié les lieux, mon mari s'est rendu plusieurs fois au monastère pour affaire et recherche. En même temps il me faisait un plan pour que je puisse agir au plus vite. Le soir ou je me suis introduis dans le monastère, rien ne s'est déroulé comme je l'avais prédis. Dans le monastère, j'ai ressenti une force sombre extrêmement forte, voir même le mal. Je me sentais mal à l'aise et je perdais mes moyens sur ce que je devais accomplir. Mon mari lors de ses études avait trouver la pièce où été rangé le manuscrit, je m'y rendis et par malheur, quelqu'un s'y trouvait. Il était assez grand, dans une tenu de moine, mais portais un demi masque blanc. Sa voix était glacé.

« je vous attendais.  Votre vie va changer prochainement. Je vous attends demain ici à la même heure. Le manuscrit n'est pas ici, vous pouvez le dire a votre commanditaire.»

J'étais tétanisée par la scène. Je ne pouvais plus bouger. Il passa près de moi en me frolant légèrement la main. Elle était glacée. Je repartis du monastère comme j'en étais venu, discrètement. De retour à l'auberge, je retrouvais mon mari. Sous le choc de la scène j'étais incapable de parler. Il me coucha délicatement, et me fis porter une soupe. Il veilla sur moi toute la nuit. Le lendemain, j'ai pu lui dire que je n'avais pas trouver le livre et qu'il fallait que je retourne au monastère chercher. Durant la journée, je suis rester a l'auberge a me reposer et repensant à ce qu'il venait de se passer. Jusqu'au moment ou un milicien est venu me voir. Ils m'ont emmené au dispensaire. Mon mari avait été retrouver blessé dans une ruelle. Il était grièvement touché. Un bandit l'a attaqué pour le dévaliser. En ce défendant, le bandit lui colla de violent coups de couteau au niveau du ventre. Les nonnes qui s'occupait du dispensaires n'ont pu le sauvé. Il est mort en fin d'après midi. Je ne pouvait laisser notre dernière mission sans résultat. Le soir même je me rendit au monastère dans la ferme intention de récupérer le manuscrit.
A l'heure dite je me retrouvais dans la même pièce qu'hier, la personnes avec son demi masque était présent.

« Je suis désolé pour votre mari, qu'elle triste nouvelle. Je vois que malgré cela vous savez honorer vos rendez-vous. C'est très remarquable. Comme je vous l'ai dis hier votre vie va changer, et vous pourrez venger la mort de votre mari. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Papyrus
test


Messages : 427
Date d'inscription : 05/04/2011
Age : 47

MessageSujet: Entrevue   Lun 27 Mai - 18:54



Sur ces dernières paroles de regrets pour ton mari, le moine en robe noire enleva son masque et te révéla son visage austère mais pas dépourvu de charme.
" Je sais pourquoi vous êtes venue... En fait, vous n'êtes pas venue pour le livre, seuls les fous ou les idiots auraient répondus présents à mon invitation d'hier soir. Or vous n'êtes ni l'une ni l'autre. Non en réalité vous vouliez en finir avec la vie, pensant que la vie sans votre moitié ne vaut plus rien."

Rangeant lentement un livre sur la table de travail pour le poser sur l'une des étagères de la bibliothèque, il poursuit son discours:
" Et vous avez tort, mais vous serez exaucée et du coup vous finirez par avoir raison."
" Ah ah ah!!!" riant aux éclats.

" En fait votre vie vaut encore quelque chose, mais pour cela vous devrez accepter de la perdre au profit d'une condition spirituelle plus forte mais aussi plus sombre. Du coup, vous n'aurez plus rien de vivant mais vous vivrez tout de même mais autrement. Ensuite avec le temps - car vous n'en manquerez pas - votre sentiment d'existence vous pèsera et la valeur que vous accorderez à celle ci sera bien dérisoire."

Te regardant fixement, il observe si tu as peur et si tu sembles en mesure de comprendre ses paroles.
" Mais peu importe mon discours. Je ne fais que retranscrire ce que ma maitresse m'a expliquée. Et de toute façon, maintenant vous n'avez plus le choix. Votre destin est scellé car Dieu vous a mis sur notre route à travers ce vol raté que vous aviez entrepris avec votre défunt mari. Vous êtes désormais en centre d'une tornade extrêmement puissante et nous allons vous donnez la force de vous défendre."

Alliant un geste de prudence avec sa main droite, comme pour t'interrompre, il coupe court à toute objection:
" Oh non! Inutile de nous remercier car vos épreuves qui vous attendent pour être digne d'exister dans votre nouvelle vie seront terribles... Alors un conseil; ne les sous-estimez pas et suivez bien toutes les consignes de notre maitresse..." Il s'interrompt, comme si il venait de dire une bêtise:
" Ah ah ah!!! Je parle déjà comme si vous faisiez partie de notre clan!!! Quelle ironie!!! Mais assez parlé, je vais maintenant vous présenter à Dame Narousa KELTI, gardienne de ce monastère et qui a hâte de vous rencontrer..."

D'un geste ample et gracieux, il te montre la partie droite de la pièce, juste derrière l'une des bibliothèques, qui semble dissimuler une lourde tenture faite de rideaux épais.
" Voici la demeure de notre maîtresse. Entrez je vous prie..."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Papyrus
test


Messages : 427
Date d'inscription : 05/04/2011
Age : 47

MessageSujet: Surprise   Mer 29 Mai - 19:00

Entrant à l'intérieur d'une petite crypte, Beyhan suit les consignes du moine mystérieux et se retrouve dans une salle austère et faiblement éclairée. Un petit bureau sur lequel repose deux petites bougies, deux chaises, des fûts en chêne contenant probablement du vin et des cercueils au nombre de trois, disposés au fond de la pièce derrière les fûts.

Après une longue attente et un silence insoutenable, le rideau s'écarte et la maitresse des lieux apparait dans une longue robe noire de bonne qualité. Son teint blanc contraste avec la couleur de sa robe et sa longue chevelure noir corbeau. Ses traits jeunes, fins et délicats souligne une beauté sophistiquée, presque insolente. Ses gestes sont gracieux et son sourire est carnassier car elle laisse apparaitre ses dents et surtout ses canines longues et pointues.

Beyhan avait bien entendu des histoire à dormir debout de vampire buveur de sang, mais elle croyait en son for intérieur que tout ceci n'était que superstition et mensonges. Pourtant, la réalité était bien là en face d'elle. Cette femme était belle et bien une créature surnaturelle.

[url]

Te toisant du regard des pieds à la tête longuement, elle finit par t'adresser la parole en ces termes:
" Exquise je dois dire! Décidément, la providence à bon goût! Ah ah ah ah ah!!!"

Puis te regardant avec affection et pitié, elle surenchérit:
" Quel dommage que nous n'ayons pas le temps toutes les deux... Sans cela, je t'aurai enseigné la terreur indicible et la douleur sous toutes ses formes avant ta transformation. Mais là, nous devons faire vite."
" Saches tout d'abord que je m'appelle Narousa KELTI, mais ce n'est pas la peine de faire trop d'effort pour retenir mon nom car tu m'appelleras maitresse. Tu n'imagines pas la chance que tu as d'être tombée sur moi... Non en effet, je vois à ton regard que tu n'apprécies pas à sa juste valeur le cadeau que la nuit va te faire ce soir. Mais tu l'apprécieras un jour."
" Pour ton plus grand bonheur, je suis extrêmement sadique, retorse et cruelle... Des qualités indispensables pour notre survie!!! Ah ah ah ah ah!!!"

Puis, tout à coup, elle se retrouve derrière toi alors que tu l'as à peine vu bouger... Ton corps et ton esprit sont tétanisés par cette prédatrice qui semble t'hypnotiser.
" Ne penses pas pouvoir me résister, tu es déjà en mon pouvoir."
Alors que ta tête se tourne vers Narousa, elle disparait à nouveau et te mord violemment au cou sur le coté gauche. La surprise est totale car tu la croyais sur ta droite. Ses canines s'enfoncent avec rage dans ta veine jugulaire et un flot de sang commence à se déverser dans sa bouche. Elle triture ses crocs dans ton cou et elle prend un malin plaisir à déchirer tes chairs mortelles. A ce moment précis, tu penses même qu'elle t'a peut être arraché une partie du cou. La douleur et la peur se mêlent à un intense plaisir, ce qui provoque en toi un sentiment ambivalent envers la maitresse des lieux.

Tandis que ton corps souffre le martyr, elle lèche tes plaies et te laisse tombé au sol sans retenue.
Tu portes difficilement ta main à ton cou pour constater que tu es presque vidé de tout ton sang et tes derniers instants sont comptés.
Affolée par l'approche de la mort, tu tends un bras vers elle en signe d'incompréhension.

Narousa, prend l'une des deux chaises et s'assoit à l'autre bout de la pièce.
" Viens à moi et supplies moi si tu veux vivre" te dit elle tout en te tendant son poignet.

Avec peine et difficulté, tu rampes lentement vers elle et tu balbuties quelques supplications pour empêcher ton destin tragique de s'accomplir. Pendant ce temps, la jeune femme prend un réel plaisir pervers à te voir réduite à ce triste sort.
Puis, voyant que ta fin est très proche, elle s'entaille le poignet et déverse de force son fluide vital dans ta bouche:
" Bois si tu veux vivre" te dit elle

Après quelques instants de plaisir et de force retrouvée pour toi, ta future Sire retire son avant bras tout en refermant sa plaie. A peine remise de tes émotions, la voix impérieuse de Narousa t'ordonne:
" Prends l'autre chaise et viens t'asseoir près de moi! Je dois t'expliquer certaines choses..."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Papyrus
test


Messages : 427
Date d'inscription : 05/04/2011
Age : 47

MessageSujet: Innocence   Jeu 30 Mai - 17:59

Après t'être approchée d'elle, elle t'explique longuement ta condition vampirique, le clan Lamie, les autres clans de la nuit (y compris les baalis), les dangers inhérents à votre non-vie ainsi que les six traditions caïnites:
" J'insiste sur la mascarade vis à vis des humains, elle est primordiale pour notre survie."

" Récemment, les Turques Seldjoukides ont vaincus l'empire byzantin à la bataille de MANTZIKIERT (en 1076) et la Cappadoce est tombée sous le joug musulman. Or nous sommes chrétiens... Malgré cela, nous avons put bénéficier d'une certaine tolérance religieuse; et il est vital qu'elle se poursuive..."

Ta sire se lève de sa chaise et arpente la pièce d'un pas léger et gracieux.
" Pourtant, un danger nous guette et nous menace, des personnes n'hésitent pas à attaquer des monastères pour un livre nommé "Innocence foudroyée" et cela est intolérable."
La révélation te choque car c'est bel et bien le titre que ton commanditaire t'avait demandé de retrouver et de lui ramener...

" Nous avons retrouvé et interrogé l'homme qui t'a engagé, mais il ne savait rien d'important, si ce n'est qu'une autre personne inconnue se trouve au dessus de lui et recherche activement cet ouvrage. Cela signifie donc que ce livre est d'une importance capitale et nous devons le retrouver les premiers."

Continuant à marcher sans bruit sur le sol de la pièce, Narousa te regarde droit dans les yeux:
" Mais avant d'attaquer, il faut songer à se défendre. Ici, nous ne craignons rien; mais il n'en est pas de même dans le village de KAYMAKLI. La bas, les intérêts de notre clan risquent d'être mis à mal. L'une de nos soeur de clan se trouve au monastère de KAYMAKLI, et elle est bien seule pour affronter les futurs dangers qui risquent de la prendre au dépourvu..."

" C'est pourquoi je vais te confier cette première mission afin de voir si tu es vraiment digne de faire partie de notre clan. Tu devras donc te rendre à KAYMAKLI, rencontrer la Lamie Viktoria EDELINE pour l'avertir du danger, la protéger et si possible retrouver le livre "Innocence foudroyé", me l'apporter et savoir qui se trouve derrière cette histoire: en clair qui recherche le livre et pourquoi."

Te toisant du regard de toute la hauteur de sa taille, elle te dit avec un sourire narquois:
" Oui je sais, je suis exigeante, mais la récompense n'en sera que plus belle!"
" Pour les détails concernant ta survie, va voir notre serviteur: l'homme au masque blanc, il te donnera les moyens d'accomplir ta mission."

D'un geste de la main, elle te fait comprendre que l'entretien est terminé.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Beyhan Kilic (perso Lami pour le spin off)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Beyhan Kilic (perso Lami pour le spin off)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'antre :: Personnages-
Sauter vers: