Bienvenue dans l'antre de Gaueko, forum de support pour les campagnes en cours.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Iago] Discussion avec Devarona

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Gaueko
Admin
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 22/03/2011

MessageSujet: [Iago] Discussion avec Devarona   Lun 23 Avr - 22:30

Bonsoir Dame Devarona * baise-main *

Je venais vous voir car j'aurais besoin de vos conseils, notre nouvelle princesse, Amelia Richert, m'a donné l'autorisation d'engendrer une goule. Afin de choisir la bonne personne, je vais chercher conseil auprès des deux personnes en qui j'ai le plus confiance, vous et Basillio.
J'ai cru comprendre que l'idée même de créer une goule vous dérangeait, et je vous rassure tout de suite, je ne compte pas arracher à la vie une personne, j'ai plutôt dans l'idée de trouver quelqu'un atteint d'un mal incurable, dont la mort serais inévitable, une fois assuré de sa foi et de sa volonté de continuer à servir Dieu, je lui offrirais une nouvelle vie.

Connaîtriez-vous quelqu'un dans ce cas ?


Dernière édition par Gaueko le Mer 25 Avr - 2:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antre-gaueko.forumgratuit.org
Papyrus
test


Messages : 427
Date d'inscription : 05/04/2011
Age : 47

MessageSujet: Re: [Iago] Discussion avec Devarona   Mer 25 Avr - 0:00

"Bonsoir père Iago, vous êtes si charmant et tellement courtois" dit elle en effectuant une révérence.

"Oh, mais c'est un grand honneur que d'être comparée à votre sire. J'en serai digne autant que faire se peut. Cependant, détrompez vous: l'idée de créer une goule ne me choque point. Disons simplement que le traitement infligé par certains caïnites arrogants envers leur serviteur me glace le sang encore un peu plus. Surtout lorsque ces pauvres créatures sont des femmes."

Marquant une courte pause, elle poursuit son discours:
"C'est pourquoi je vous déconseillerai de prendre une femme pour goule. Non qu'elle soit faible ou couarde; non bien sur. Mais elles subissent simplement les brimades et les préjugés de leurs pairs masculins en proie bien souvent à la domination et au pouvoir tyrannique. Et puis voyager avec une simple goule femme est dangereux lorsqu'elle se retrouve seule face à d'autres mortels, car ils peuvent lui poser des questions embarrassantes, être suspicieux et découvrir les véritables raisons de ses motivations (protéger des créatures de la nuit). Pour un homme, il est plus facile d'esquiver les questions et ainsi s'extirper de situations embarrassantes. C'est pourquoi je vous conseille un homme d'arme ou d'église qui n'aura de compte à rendre pratiquement à personne."

Elle te regarde dans les yeux intensément avant de continuer:
"Votre honneur est grand pour éviter la damnation d'un mortel par simple caprice et vos précautions vous grandissent assurément. Prendre un homme à l'article de la mort et le transformer en goule pour qu'il puisse continuer à vivre pour servir Dieu avant que la mort ne l'emporte est fort noble de votre part."

Baissant les yeux, elle s'agenouille devant toi et dit implorante:
"Père Iago, car je m'adresse à l'homme d'église, souhaitez vous entendre ma confession ce soir? Je vous le demande humblement pour le salut de mon âme, d'ailleurs, elle ne sera que partielle...
Pardonnez moi mon père car j'ai pêché en mentant à un homme d'église qui croit que je suis une noble personne alors qu'il n'en ai rien, mais j'ai peine à dire ce que j'ai sur le coeur de peur de le perdre et par crainte d'empêcher son évolution mystique qui semble l'élever au dessus des hommes."

Joignant ses mains pour prier:
"Que Lilith pardonne ma faiblesse, mais je ne peux résister à cette douleur qui m'étreint le coeur et je dois la confesser et la vivre pleinement. Iago, mon père... et mon ami, sachez que mes pratiques pourraient vous scandaliser, car sans rentrer dans les détails, sachez cependant que mes penchants pour l'herboristerie n'ont point pour finalité la guérison ni le soulagement des maux; bien au contraire... Mes activités sont des plus vils à la lueur des ténèbres et le prince des enfers m'accueillera surement dans l'au delà lorsque j'en aurai terminé avec cette existence. Cependant, je ne craint pas la mort ni même la douleur - nécessaire à toute évolution - mais je ferai ce qui est nécessaire pour expier mes fautes."

Se relevant avec beaucoup de dignité, elle est face à toi et te parle avec beaucoup de douceur:
"Père Iago, à défaut de me bénir, embrassez moi sur le front je vous prie"

Pendant que tu t'exécutes, Devarona se confie à toi:
"Pour répondre à votre dernière question: je vais vous confier le secret et le nom d'un chevalier sur le point de succomber à ce mal terrible qui le ronge depuis un certain temps. Il s'agit du chevalier Gondemare, un homme d'arme français qui voulait participer à la sainte croisade mais qui s'est vu dans l'obligation de rebrousser chemin vers Prague pour se faire soigner grâce à l'alchimie. Malheureusement pour lui, les remèdes ont été pires que le mal et le pauvre ère est alité et se trouve à l'article de la mort au château Prague. Il faudrait d'abord le soigner, puis le transformer en goule sous le prétexte d'une mission divine. Il vous en serait éternellement reconnaissant tout en étant d'une loyauté indéfectible à votre égard. Ce chevalier a certainement commis un crime grave dans le royaume de France, car j'ai appris qu'il fut chassé et il prit alors la route de la terre sainte pour reconquérir son honneur perdu. Mais une chute de cheval semble l'avoir réduit en miette et brisé en mille morceaux car il ne peut plus bouger et gémit à longueur de temps tout en étant à moitié inconscient. On m'a raconté que la douleur de cet homme fait peine à voir et Dieu et Lilith ne verrai aucun inconvénient à transformer la douleur de cet homme en quelque chose de plus utile pour la cause caïnite et divine."

Répondant à ton baiser par le don d'un baiser similaire mais glacé sur ta joue:
"Merci Iago,votre baiser est si doux et si chaud. Si vous le souhaitez je pourrai essayer de le guérir pour vous afin que vous puissiez en faire une goule. Le tout étant de pouvoir l'approcher de nuit sans attirer l'attention de la cour du roi de Bohême, puis de justifier sa guérison pour pouvoir l'extirper de la cour de Prague afin de le mettre à votre service."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaueko
Admin
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 22/03/2011

MessageSujet: Re: [Iago] Discussion avec Devarona   Mer 25 Avr - 2:17

J'accepte bien évidemment d'entendre votre confession. Le salut d'une âme n'est jamais partiel, car Dieu, dans son immense bonté accepte que nous corrigions nos erreurs afin de pouvoir le rejoindre.
Vous ne perdrez pas cet homme, il connaît l'errance et la noirceur que l'âme peut endosser, mais il sait également que Dieu est avec nous, et qu'il nous inonde de son amour.
Quant à son évolution mystique, vous n'y êtes pas étrangères, grâce à vous il a pris conscience qu'il s'égarait de son chemin.
Vous voulez expier vos fautes, et croyez-moi, Dieu vous entend, ça sera probablement long et éprouvant, mais je serais là pour vous soutenir en tant qu'homme et écouter vos confessions en tant que prêtre. Ensemble nous affronterons ces épreuves.

Concernant ma future recrue, le chevalier Gondemare me semble être un bon choix, j'essaierais de le rencontrer pour en savoir plus à son sujet, merci, je savais que vous seriez de très bon conseil.

Avant de passer à votre confession, si vous êtes toujours prêtes à la faire, il y a une chose que j'aimerais faire.

Iago retire lentement sa croix et la dépose avec précaution sur un meuble près de lui.

Ce baiser était le premier, et je remercie Dieu que ça soit avec vous, car je sais que je ne l'oublierais jamais.

Iago prend doucement la main de Devarona et la pose sur son cœur.

Maintenant je sais pourquoi Dieu a voulu que mon cœur continue de battre.

Iago se reprend rapidement, prend la main de Devarona entre les siennes et y dépose un baiser.

Pardonnez mon geste, j'espère ne pas vous avoir offensé, mais j'avais besoin de vous parler en tant qu'homme, un jour peut être, je trouverais le courage de vous expliquer la signification de mon geste.

Iago reprend sa croix et la repasse autour de son cou.


Citation :
PS : La phrase « maintenant je sais pourquoi Dieu a voulu que mon cœur continue de battre. » n'est pas anodine, elle est tiré d'une légende espagnole de l'époque :

Les gens pensaient que le cœur d'un homme bat uniquement pour la femme qu'il aime. On raconte également que si une femme sait ressentir et apprécier des battements qui lui sont destinés, elle sera protégées du Diable.

[Cette partie est plus pour la culture personnelle:)]
Pour aller plus loin, et c'est là que ça deviens amusant :

Il y a une race de créature affiliée à un démon (Lilith, démons de la luxure pour être exact), qui sont incroyablement belles et tentatrices, néanmoins si un homme en tombe sincèrement amoureux (dans le sens biblique du terme), et que si cet amour est partagée, elle peut finir par avoir à son tour un cœur qui bat.

L'occasion était trop belle pour que je la saisisse pas Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antre-gaueko.forumgratuit.org
Gaueko
Admin
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 22/03/2011

MessageSujet: Re: [Iago] Discussion avec Devarona   Sam 28 Avr - 13:52

Peu après Iago retourne voir Devarona, après le baisemain et les salutations d'usage :

Devarona, j'ai actuellement un dilemme à résoudre et j'aimerai avoir votre avis, cela concerne la recherche de ma future goule. J'ai rencontré le chevalier Gondemare, sa souffrance fait grande peine à voir, mais j'ai cru comprendre qu'aucun remède n'était efficace, et je me demande même si mon sang le serait...
De plus il est dans l'incapacité de parler, j'en viens à me demander pourquoi Dieu cela, est-ce une punition ou bien une dernière épreuve avant qu'il ne puisse le prendre auprès de lui.

En parallèle à ça et c'est bien la la source du dilemme, j'ai trouvé une autre personne digne d’intérêt, vous la connaissez peut-être, c'est une jeune nonne portant le nom de Desma, elle est actuellement au couvent de votre sir.
D'après mes sources, elle aurait du mal à s'adapter la vie monacale, je connais peu les contraintes d'une telle vie, mais pour une jeune fille férue d'art, de littérature, et de voyage, j'imagine que la situation doit manquer de confort. Le plus embêtant dans sa situation, c'est le doute qui s'immisce en elle, elle doute de sa capacité à servir Dieu.
Je sais qu'en la prenant près de moi je pourrais l'aider, elle vivrait de voyage et de découverte comme elle en rêve, et libérée de l'enfermement, elle prendra confiance en elle.
Je sais que la vie de femme n'est pas des plus facile, mais tel un père, je saurais lui donner les armes pour se défendre, et son statut de religieuse la mettra à l'abri de bien des maux.
L'inconvénient est que, dans ce dessein je serais obligé de l'arracher à la vie, et c'est un fait qui me dérange légèrement.
Néanmoins votre sir m'a confié à demi-mot qu'elle envisageait de l'offrir en cadeau à la princesse Amelia Richert si la situation ne s'arrangeait pas, et je me demande si ça n'est pas dans les plans de Dieu de lui ouvrir l'accès au monde Caïnites.

Voilà mon dilemme, un choix peut potentiellement s'opposer à la décision de Dieu, mais avance dans le sens de mes convictions personnelles; et l'autre semble respecter le choix de notre Seigneur mais me cause du tourment. Présenté ainsi le choix me semble clair, mais un homme n'est rien sans le conseil de ses proches, d'où ma présence ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antre-gaueko.forumgratuit.org
Papyrus
test


Messages : 427
Date d'inscription : 05/04/2011
Age : 47

MessageSujet: Dilemme   Mar 1 Mai - 11:23

"En effet, je comprend votre embarras et j'essaierai de le soulager autant que possible. Dites vous tout d'abord que quel que soit votre choix, vous sauverez une personne de son destin atroce: l'enfermement monacale pour Desma et la souffrance physique et morale pour le chevalier Gondemare."

Joignant ses mains en signe de prière, elle continue son discours:
"Néanmoins, je reste persuadée que la souffrance est la manière la plus directe et efficace pour apprendre en ce bas monde. Mais ne croyez pas que votre offre soit entièrement salutaire pour l'une de ces deux personnes que vous choisirez. La vie de goule au service des enfants de la nuit est loin d'être rose tous les jours et encore moins la nuit... Ces créatures agissent bien souvent contre leur volonté propre, mais la promesse d'une immortalité caïnite les rassure et les récompensera plus tard."

Te regardant droit dans les yeux tout en te souriant:
"Dieu est tout puissant, mais je crois que nous avons aussi notre libre arbitre pour le servir et bien souvent il nous met à l'épreuve pour voir si nous nous soucions de sa volonté. Pour ma part, la Dame Noire est la personne qui guide mes pas car je la sens plus proche de moi et de ma condition d'immortelle. Faites donc comme bon vous semble Iago, votre Dieu vous approuvera dans votre choix. Je pense également qu'une femme serait un sujet des plus intéressant une fois qu'elle sera confrontée à toutes ces épreuves caïnites, surtout si vous l'emmenez en terre sainte pour la croisade. Je serai curieuse de voir comment une femme de sa trempe se comportera face à tous ces hommes soit disant faits pour la guerre. Attendez vous à de nombreuses surprises!"

Puis elle caresse délicatement ta joue avec sa main:
" Pardonnez moi, mais j'ai pris goût à votre chaleur."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaueko
Admin
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 22/03/2011

MessageSujet: Re: [Iago] Discussion avec Devarona   Mar 1 Mai - 12:37

"Merci de votre soutien, et de vos précieux conseils.
Je prendrais la jeune nonne à mes côtés, car je pourrais lui expliquer la situation.
Le chevalier, quant à lui, ne pourra que subir un tel changement, sans qu'on puisse lui expliquer quoi que ce soit.
Je suis également curieux de voir comment elle affrontera les affres de la vie, mais je l'aiderais autant que possible."

"Devarona, accepteriez-vous de me parler de la Dame Noire ? Nous en avions vaguement parlé, mais je souhaiterais en savoir plus sur elle."

Quand sa main effleure ma joue, je dépose la mienne sur la sienne, avant d'y déposer un baiser.
"Et j'ai pris goût à la douceur de votre peau, à votre douceur."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antre-gaueko.forumgratuit.org
Papyrus
test


Messages : 427
Date d'inscription : 05/04/2011
Age : 47

MessageSujet: L comme Lilith   Mar 1 Mai - 13:44

"Merci mon jeune et tendre ami."

S'asseyant sur un banc presque cassé de sa demeure, Devarona nettoie et enlève la poussière de sa longue robe noire tout en poursuivant:
"J'aime le noir car il incarne la couleur préférée de ma déesse et inspiratrice. Certains l'assimilent à la vierge Marie, d'autres à Marie Madeleine. Ma Dame noire est ni l'une ni l'autre mais probablement un mélange des deux. Il s'agit en fait de Lilith, la première épouse de Adam, chassée du Paradis pour ne pas lui avoir obéit et ne pas avoir été suffisamment... docile." (elle semble avoir du mal à dire cela).

"J'oeuvre à titre personnelle pour la gloire de la Dame Noire, espérant que des esprits éclairés comprennent la portée mystique et spirituelle indispensables de mon discours. Pourtant, il y a un paradoxe: je ne connais pas Lilith et n'ai jamais eu le privilège de la rencontrer mais je ne désespère pas. Je sais aussi que les cappadociens n'aiment pas les femmes trop érudites sur ce sujet et préfèrent nous voir comme simple garde du corps; mais Lilith n'est elle pas la voie de la rébellion de par son histoire?"

Te regardant avec compassion, sa voix se fait plus faible:
"Comprendrez vous un jour mes croyances, penchants et désirs qui me paraissent très éloignés de votre dévotion envers Dieu? Vous êtes un Lasombra et rien ne doit vous détourner de la foi; mais la mienne me paraît peu compatible avec la votre; j'espère seulement que vous serez tolérant à l'égard de mes idées."

"Lilith possède des pouvoirs incommensurables qui nous dépassent toutes et tous, soyez en sur. Elle est démone et gardienne; perverse et aimante; libre et contrainte. Tout à la fois: c'est la grande Dame noire du paradoxe en terme d'attitude et de philosophie."

"Rassurez vous cependant, ce n'est pas une meurtrière." (son regard disparait vers les profondeurs de la petite cave qui lui sert de refuge).

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaueko
Admin
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 22/03/2011

MessageSujet: Re: [Iago] Discussion avec Devarona   Mar 1 Mai - 14:30

Je comprends la volonté de vouloir croire autrement, j'ai vu suffisamment de chose dans ma jeune vie pour comprendre que l'important est de croire, et encore je pense que certaines personnes s'égarent dans leur croyance, il suffit de voir les humains qui recherchent à tout prix à faire la guerre au nom de Dieu. Je me suis-moi-même perdue au début de ma non-vie, mais Dieu m'a prouvé mon erreur, en permettant notre rencontre.

Si nous suivons les termes bibliques, nous sommes nous-mêmes des démons, mais je peine à croire que Dieu tolérerait notre existence dans ce cas, et surtout j'ai la certitude que notre vie ne serait pas si bonne. Oh certes, je ne reverrais plus jamais le soleil, et je dois lutter contre la bête en permanence, mais est-ce différent de la condition humaine ? Les humains luttent contre les pêchés après tout. Et concernant le soleil, *prenant la main de Devarona * j'ai découvert quelques choses de bien plus beau...
Et Je commence à me dire que si les humains sont les enfants de Dieu ; nous Cainites, sommes ses enfants de la nuit.

Les cappadociens sont un clan très surprenant et j'avoue avoir beaucoup de mal à les cerner, ils semblent rechercher la connaissance en toute chose, mais refuse de la partager avec le clan qui leur est le plus proche.

Je ne demande qu'a comprendre vos croyances, penchants et désirs, je ne les partagerais pas forcément tous, pour des raisons de foi, mais je saurais les accepter. Croyez-moi lors de mon voyage à travers l'Europe, j'ai rencontré beaucoup de gens avec des croyances différentes, et c'est bien souvent des sources de discussions intéressantes.

Sourire au lèvres *, Vous dites que Lilith est démone et gardienne; perverse et aimante; libre et contrainte, mais n'est-ce pas là, à moindre mot, le lot de toute femme ?

Je pose ma main sur sa joue quand son regard se perd dans le vide.

Ma douce, je vous sens perturbée, et je vous rassure, je ne m'offusque pas des meurtres, ils sont parfois utiles, à conditions d'être justifié et regretté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antre-gaueko.forumgratuit.org
Gaueko
Admin
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 22/03/2011

MessageSujet: Re: [Iago] Discussion avec Devarona   Jeu 10 Mai - 11:55

Profitant du passage de Devarona pour la réponse Tremere, je m'entretiens un peu avec elle.

Bonsoir ma douce amie, je suis content de vous voir ce soir, comme vous le savez, je vais partir prochainement pour Magdebourg, le voyage sera sans aucun doute long, et m'éloignera de vous bien plus longtemps que je ne le souhaiterais.
Je voudrais vous présenter la jeune Desma, elle est maintenant ma … (hésitation de Iago) ma servante...ma goule … Ah ! Je ne sais jamais quelle appellation utiliser, j'aime aucun de ces termes, ils me semblent soit irrespectueux, soit éloignés de ma pensée.
Desma apprend les us et coutumes du monde cainites, et ce premier voyage devrait lui permettre de découvrir notre monde. Avec votre accord, à notre retour, j'aimerais que vous lui appreniez à se battre, je sais que vous excelliez dans ce domaine, et que vos enseignements seront d'une grande aide pour le voyage prochain vers Jerusalem, mais nous en reparlerons à mon retour.

Pour le moment profitons de cette belle nuit.
Accepteriez-vous de m'en dire un peu plus sur vous ? Par exemple d'où venez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antre-gaueko.forumgratuit.org
Papyrus
test


Messages : 427
Date d'inscription : 05/04/2011
Age : 47

MessageSujet: Présentation   Ven 11 Mai - 17:07

Devarona est à la fois surprise et amusée de la venue de Desma chez elle.

"Ah oui, en effet, je sais pour Magdebourg et cela m'attriste que nous soyons déjà séparés; surtout qu'ensuite vous aurez un nouveau voyage en Orient vers Jérusalem. On dit que l'éloignement renforce les liens d'amitié et d'amour qu'éprouvent les mortels. Je pense qu'il en est de même pour le monde caïnite."

Saluant Desma: "Ravie de vous recevoir dans ma modeste demeure Desma, je suis certaine que nous nous entendrons bien et sachez que je comprends vos aspirations à la liberté et au bonheur. Dame Elisabeth n'est pas toujours très compréhensive ni très diplomate envers ses soeurs. Mais ses autres qualités nous empressent de dire que nul n'est parfait et que nous avons eu bien de la chance de tomber sur elle durant notre vie de mortelle."

Puis à l'évocation de ta phrase embarrassée sur Desma: ne sachant comment l'appeler, serviteur ou goule; Devarona sourit puis finit même par rire avec franchise à gorge déployée (c'est bien la première fois que tu la voit aussi réjouie et ravie. A dire vrai, tu ne l'avais jamais entendu rire à ce point).
"Oh, mon cher Iago, comme vous êtes touchant et c'est bien pour cela que je vous aime d'ailleurs. Ne soyez pas troublé et faite confiance à une femme pour une fois (elle s'esclaffe!): nous pourrions appeler Desma Scribe ou jeune scribe. Vous savez surement écrire n'est ce pas Desma? Et que pensez vous si nous vous considérons comme scribe? Cela vous conviendrait il?"

"Ma foi, pourquoi pas!" répond Desma en gloussant.

Voyant que tu comptes lui confier Desma pour l'entrainer au combat, elle devient plus sérieuse.
"En effet, je sais me battre et je peux lui apprendre; J'en serai ravie d'ailleurs, mais mes connaissances académiques sont faibles car j'ai toujours manié la dague et je ne suis pas du tout experte en arme de guerre."

"D'où je viens? Etrange question à vrai dire car le destin semble farceur. Pour tout vous dire: je suis né à Jérusalem, il y a fort longtemps. J'ai connu l'occupation romaine: d'ailleurs mon père était un légionnaire qui a finit par fonder une famille en épousant ma mère. Je suis restée longtemps dans cette cité que je connaissais bien, mais j'imagine qu'elle a bien changé maintenant et qu'elle n'a plus grand chose à voir avec le passé. Mes seuls souvenirs mortels viennent de là bas ainsi que mes tous premiers souvenirs caïnites... Tout comme... mes tous premiers émois amoureux."
Puis elle se tait et baisse les yeux vers le sol en proie à un profond recueillement et une intense introspection.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaueko
Admin
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 22/03/2011

MessageSujet: Re: [Iago] Discussion avec Devarona   Ven 11 Mai - 17:37

Je ne suis pas encore parti mais il me tarde déjà de revenir, vous avez sans doutes raison quant au lien et leurs renforcements avec l'éloignement. Une chose est sûre, l'idée de vous revoir alimentera mon espoir si les choses s'assombrissent là-bas.

Jeune scribe me convient tout à fait, ça ôte tout aspect « asservissement » et c'est bien mieux ainsi.
Sauf demande de sa part, je ne compte pas spécialement entraîner Desma au maniement des armes de guerres, pendant les voyages, elle devra passer pour une nonne afin d'éviter toute question, ça exclue le port de beaucoup d'armes.
Néanmoins une dague peut être aisément cachée, et bien maniée c'est une arme suffisamment redoutable pour repousser les assauts de personne mal-attentionné. Et c'est là le but principal de ma demande, je ne voudrais pas qu'on lui fasse de mal.

Desma ? Pouvez-vous nous laisser seuls, je vous pris ? Merci.

Je me rends compte que c'est la première fois que je vous vois rire, c'est une facette que je ne connaissais pas de vous et je dois dire que je l'aime tout autant que les autres.

Pardonnez-moi, je ne voulais pas vous mettre mal à l'aise, j'oublie parfois que tout souvenir n'est pas bon à ressasser.

Iago s'avance et prend Devarona dans ses bras, et la serre contre lui avec douceur.
Puis se reprenant, il relâche l'étreinte, et enchaîne directement :


Vu que ma route me mènera prochainement à Jerusalem souhaitez-vous que je recherche quelques choses pour vous une fois sur place ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antre-gaueko.forumgratuit.org
Papyrus
test


Messages : 427
Date d'inscription : 05/04/2011
Age : 47

MessageSujet: Etreinte   Lun 14 Mai - 19:04

Tes bras serrent le corps frêle de ta compagne caïnite. Tu ressens la froideur glacée de son corps, même à travers ses vêtements, qui te met mal à l'aise dans un premier temps; puis tu réalises que la froideur cadavérique de son corps doit contraster intensément avec la chaleur corporelle exceptionnelle du tien.

Devarona ne fait absolument rien pour contrer ton étreinte bien au contraire, elle se laisse aller au plaisir de cette sensation de chaleur qu'elle éprouve très rapidement. Ses gestes sont délicats, sensuels, lents car tu sais d'instinct qu'elle a peur de te toucher de crainte de glacer ton corps plus que de raison. C'est comme si elle croyait que sa froideur pourrait étouffer ta chaleur.

Assez rapidement, elle enlace ses bras autour de ton corps, profitant de l'instant et sa joue touche même la tienne. C'est à cet instant que tu décides (peut être par réaction de la vague de froid sur ton visage) de la libérer de ton étreinte tout en reprenant tes esprits.
Sur le coup, elle est surprise et même déçue de cette séparation physique, mais très vite ton regard croise le sien et une communion mystique semble s'établir entre vous deux. L'espace d'un instant: tout est révélé, et ce bien au delà des mots et des sensations. Elle comprend que tu es un homme d'église et que par conséquent, certaines choses sont impossibles, néanmoins son regard trahit bien des choses inavouables sur son désir sincère d'amour.
Amour, oui Amour, c'est bien le mot qui convient en cette instant magique qui semble durer une éternité. Le bruit d'un charriot traversant la rue attenante de la demeure de la caïnite vient cependant mettre fin à cet instant inoubliable.
Comprenant ton désarroi et ta gêne, elle te tend sa main en signe de paix et d'amitié: " Vous ne m'avez point mis mal à l'aise cher Iago, bien au contraire, je suis tellement bien avec vous que j'ai honteusement profité de ce petit moment de faiblesse si rare vous concernant." dit elle avec un petit rire moqueur.

"Vous n'auriez pas du me dire que vous aimiez tant mon rire, car maintenant je vais en user et en abuser plus que de raison." Dit elle tout en joignant sa main à la tienne.
"Votre chaleur est si douce pour un vampire, que personne ne pourrait y résister. Surtout pas moi! D'ailleurs je n'en ai ni l'envie, ni la capacité. Me pardonnerez vous un jour cet affront et cette malice égoïste?"

"Je vois dans vos yeux que oui. Mais comprenez moi: vous allez partir deux fois pour de longs voyages et je ne vous reverrai avant longtemps. Passez me voir avant votre départ pour Jérusalem: j'aurai un petit cadeau pour vous. Et pour répondre à votre sollicitation, et bien oui en effet: si vous passez en Judée, n'hésitez pas à me ramener un petit souvenir antique des plus anciens car je suis fascinée par les vieux documents source de savoir."
C'est toi qui doit rompre le contact corporel avec sa main car elle te glace la vitae au plus profond de ton être. Néanmoins elle te sourit avec une force et une intensité telle, qu'elle doit réfréner sa joie afin de cacher ses canines désormais pleinement visibles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaueko
Admin
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 22/03/2011

MessageSujet: Re: [Iago] Discussion avec Devarona   Lun 14 Mai - 20:27

Conservant la main de Devarona dans la sienne malgré le froid mordant, Iago la regarde tendrement, il lutte avec grande peine contre ses sentiments sans cesse grandissant pour le caïnite.

Mes voyages seront certainement longs, et ils le sembleront encore plus car je serais loin de vous, je viendrais bien évidemment vous voir avant de partir de Jérusalem, et j'ose espérer qu'il y aura du temps entre les deux voyages afin que je puisse rester un peu près de vous.
Ne cherchez pas à cacher pas vos canine, elles font partie de vous, et ne gâche rien à votre charme.
J'aime tant vous voir heureuse, la perspective de revoir ce sourire me protégera de bien des tourments, merci à vous ma douce amie.
Hélas il va être temps pour moi de me retirer, je dois finaliser certaines choses avant mon départ, prenez soin de vous, je serais bientôt de retour.

D'un geste tendre, Iago pose ses lèvres sur la main de sa douce et y dépose un baiser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antre-gaueko.forumgratuit.org
Papyrus
test


Messages : 427
Date d'inscription : 05/04/2011
Age : 47

MessageSujet: Au revoir   Jeu 17 Mai - 10:27

" Au revoir mon cher ami et à très bientôt."

Puis Devarona descend dans les sous sols de sa petite demeure en ruine à la recherche de Kallista.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaueko
Admin
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 22/03/2011

MessageSujet: Re: [Iago] Discussion avec Devarona   Dim 30 Juin - 19:34

A la vue du visage de sa douce le cœur du prêtre s’emballe, malgré sa tristesse apparente, elle n’a rien perdue de sa beauté, et après les horreurs vécus par le prêtre et sa coterie rien ne lui apporte plus de bonheur que de la voir.

L’étreinte précédente avait été rapide, trop rapide, mais il pouvait encore ressentir la douce froideur des lèvres de la caïnite sur sa joue, et ce malgré l’aspect fugace et gêné du baiser. Elle l’avait surpris, agréablement surpris même, il n’aurait jamais imaginé qu’elle se serait jeté dans ses bras, et bien que cela les exposaient tous deux à des ragots et des interrogations, il s’en moquait, d’une part car les personnes présentes sont des amis en conservant bien entendu tous respect lié à l’âge et au rang, et d’autre part car ils s’aimaient et c’est bien là tous ce qui compte aujourd’hui, demain et pour les jours à venir.
Ils étaient maintenant seuls, et ce moment leurs étaient dévoués.

Fidèle à son habitude, le galant s’approcha de sa belle et lui tendis sa main en position ouverte pour le traditionnel baisemain du père Iago. Une fois de plus la blancheur immaculée de la Lamie contrastait avec la peau latine du Lasombra, d’un geste doux et emplis de tendresse il dépose ses lèvres sur la main de sa belle, et comme  à chaque fois pour lui le temps s’arrête, et bientôt une douce sensation de vie emplira son cœur, amplifiant ses battements, et une douce chaleur lui monteras au joue, sensation que peu de vampire peuvent affirmer connaitre.

Se redressant, il ouvre grand ses bras et invite sa belle à s’y lover, les refermant sur son dos avec tendresse, puis avec douceur il lui dépose un court baiser sur le front.


- "Je suis désolé pour Kallista, si je peux faire quoi que ce soit n’hésitez pas..." 

Relâchant son étreinte, il regarde dans son sac, divise grossièrement les deux cents deniers restant en part égale, et glisse la bourse dans les mains de sa belle.
 
- "Avant tout autre chose prenez-ça, j’y tiens, utilisez-les pour faire le nécessaire pour elle, et avec votre permission, j’aimerais la voir, si elle se souvient de moi, un visage amical pourrait lui faire plaisir".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antre-gaueko.forumgratuit.org
Papyrus
test


Messages : 427
Date d'inscription : 05/04/2011
Age : 47

MessageSujet: Jeu de l'amour et du hasard.   Mer 3 Juil - 21:08

A la vue du prêtre, Devarona accourt vers son amant spirituel, prête à nouveau à se jeter dans ses bras. Le cérémonial du baise main réalisé par le prêtre d'origine espagnol tempère les ardeurs de la Lamie, et un semblant de sérieux amusé et courtois se révèle alors sur les traits du visage de la caïnite.
Elle joue le jeu du baise main avec un petit rire étouffé.
L'accolade tant attendu, offerte par le père Iago, se dessine enfin au grand bonheur de Devarona qui, voluptueusement, se réfugie dans les bras du prêtre.
" Enfin je vous retrouve. J'ai tant pensé à vous. J'ai même prié la Dame noire de vous venir en aide. Et j'ai senti qu'elle m'avait écouté. J'étais certaine qui vous étiez encore de ce monde."

Plus que de raison, elle reste un long moment lové contre toi, tel un serpent froid qui aurait trouvé une source de chaleur incommensurable incapable de bruler. Son corps froid te met mal à l'aise et tu dois faire un effort pour rester aussi longtemps enlacé auprès d'elle.
Difficilement, tu parviens à l'écarter doucement de ton corps pour lui parler de Kallista
" Oui, la pauvre est dans un sale état. J'ai beau la soigner avec mon sang, rien n'y fait. Elle continue à tenir le lit et à souffrir. Oh je ne sais plus quoi faire. Pensez-vous que je doive continuer à lui donner mon sang pour tenter de la sauver?
Sinon, pour l'argent, je vous remercie beaucoup; mais j'aimerai que vous lui donniez en main propre car je crois que cela lui ferait plaisir de voir que quelqu'un d'autre que moi s'occupe d'elle. D'ailleurs, je suis certaine qu'elle me redonnerait l'argent ensuite car rien ne lui fait plus plaisir que d'aider les autres: surtout moi. Bien entendu, je me servirai de cet argent pour tout mettre en oeuvre afin de la guérir."

Tout en parlant, Devarona a le visage baigné de larmes. La maladie de Kallista semble l'affecter énormément.
" Venez, suivez moi, je lui ai installé une petite pièce avec un lit pour la réconforter."

En descendant les escaliers de l'ancienne maison en ruine qui est désormais rénovée, tu t'aperçois que Devarona a fait faire des travaux pour aménager une petite chambre à la cave. La pièce est bien isolé de l'humidité et un solide petit lit en bois à baldaquin jonché de couvertures se trouve au milieu de la pièce. Une petite table avec une grande chandelle et un bol de nourriture se trouve juste à coté d'un corps assis sur le lit, emmitouflé dans des couvertures.
" Kallista, ma chère et tendre amie, voyons! Ce n'est pas raisonnable de vous levez! Reposez vous je vous en conjure! Je vous apporte de bonnes nouvelles: une visite pour vous. Regardez, c'est le père Iago qui est venu spécialement de Hongrie lorsqu'il a appris que vous étiez malade. Il vient vous réconfortez et vous guérir par ses prières."

Devarona allonge délicatement Kallista en la tenant par les épaules tout en s'arrangeant pour se trouver derrière elle afin que le visage de sa servante ne voit pas le sien. Tandis que le père Iago approche, Devarona pleure énormément de sang. Ce dernier tombe au sol. La caïnite fait tout son possible pour retenir ses sanglots, mais rien n'y fait. Elle peut à peine détourner le regard pour tenter désespérément de cacher sa tristesse.

La pauvre servante est blafarde, les yeux vitreux elle a perdu des cheveux et elle a terriblement maigri. Une terrible maladie semble la ronger de l'intérieur. Kallista semble perdue mais pourtant elle te reconnait malgré tout. Dans un geste désespéré, elle s'assoit sur le lit et tend ses bras vers toi. Devarona n'a pas le temps de la retenir et peut être n'en a t elle même pas la force ou la volonté.
" Père Iago... Oui... Comment vous oublier... Dame Devarona parle si souvent de vous..."

La caïnite cache ses yeux avec sa main gauche et elle étouffe un cri de douleur et de désespoir avec son autre main tandis que les larmes de sang s'écoulent toujours de ses yeux.
La scène est insoutenable mais le père Iago sait au fond de lui même qu'il doit faire face à son devoir de prêtre pour redonner foi et espoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaueko
Admin
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 22/03/2011

MessageSujet: Re: [Iago] Discussion avec Devarona   Jeu 4 Juil - 20:38

Le jeune prêtre ressentis un soulagement quand il vit la réaction de la lamie, le baisemain avait eu l’effet escompté, il avait la certitude que si il ne l’avait pas interrompu, les deux amants se serais embrassé.  Non pas que l’idée lui semblait désagréable mais il ne voulait pas lier le souvenir d'un baiser tant attendu à l’état de santé de Kallista. Et dans le fond il n’osait pas franchir ce cap…

"Combien de fois lui avez-vous donné du sang ? Je veux dire en avez-vous fais une goule ? Si non j’ignore même si ça la soignerais, mais ne laissez pas la peine guider vos actes, n’oubliez pas ce que vous m’aviez dit quand je vous avais demandé pourquoi vous ne la preniez pas en tant que goule."

Ce jour là le père Iago pris pleinement conscience de l’amour qu’il portait à Dame Devarona, la voir si affligée par la maladie de sa servante était une terrible épreuve pour le jeune homme, à cet époque il était assez facile pour un prêtre de garder un certain recul sur les choses dans ce genre de cas, la mort étant omniprésente cela faisait partis intégrante de la vocation. Mais ici il avait toutes les peines du monde à ne pas s’impliquer aujourd’hui,  et les larmes de Devarona n’arrangeaient rien.
Voyant Kallista se redressée dans sa direction, le père Iago s’avance vers elle et s’assied près d’elle, si elle lui donne l’accolade il lui rend de bon cœur et avec sincérité, dans le cas contraire il prend ses mains dans les siennes et la guide pour qu’elle s’allonge de nouveau afin de ne pas se fatiguer.


"Qu’il est bon de vous revoir Kallista, même si j’aurais préféré dans d’autre circonstance…  Je suis venu dès que j’ai sût et j’en remercie Dieu qui m’a grandement facilité le voyage. Avant d’aller plus loin je voudrais que vous acceptiez ceci…"

D’un geste presque solennel, le père Iago sort la bourse de sa besace et la pose entre les mains frêle de la servante.

"Cet argent devrait vous permettre de disposer des meilleurs soins possibles... Maintenant que c’est réglé, je peux si vous le désirez, vous donner l’extrême onction et vous recevoir en confession. Ou bien nous pouvons simplement discuter, il est toujours bon d’entendre une voix amicale… Et je suis sûr que vous avez beaucoup de choses à me raconter. Quoique vous décidiez nous prierons tous trois ensembles avant mon départ.

S’écartant du lit pour aller chercher de quoi s’assoir près de Kallista, le père Iago s’arrange pour passer près de Devarona et effleure doucement sa joue du revers de la main, nettoyant ainsi les larmes et partageant un court instant de tendresse salvateur pour le moral. Puis installant la chaise au plus près du lit, il s’assied dessus avant de prendre la main de Kallista entre les siennes. Affichant son plus beau sourire assuré et d’une voix confiante, il regarde rapidement sa belle pour se donner courage et se tourne enfin vers la malade.

"Alors mon amie, je vous écoute, par quoi commençons-nous ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antre-gaueko.forumgratuit.org
Papyrus
test


Messages : 427
Date d'inscription : 05/04/2011
Age : 47

MessageSujet: Kallista   Dim 7 Juil - 17:13

La Lamie, juste avant de descendre voir sa servante avait dit au père Iago qu'elle n'avait jamais eu l'intention de la transformer en goule. La faible quantité de sang absorbé était nettement insuffisante pour que cela n'arrive.

Maintenant que le trio se trouvait dans la même pièce, le prêtre se préparait à recevoir la confession ou à défaut, apporter un peu de réconfort à la malade qui donne l'accolade au prêtre lorsque celui ci s'installe près du lit.
" Confession? A t-on besoin de se confesser quand on dit tout le temps la vérité? Pour moi, une seule chose compte: c'est que vous puissiez veiller à protéger Dame Devarona. Vous savez c'est une sainte qui guérit les pauvres femmes comme moi. Promettez moi de veiller sur elle autant que sur vous. Elle le mérite tellement..."

Kallista se recroqueville dans son lit en proie à une douleur soudaine. Elle se met à tousser longuement, comme si ce début de discussion l'avait déjà épuisé. Regardant la bourse que le père Iago à donné à Kallista et qu'elle a déposé sur la petite table près du bol de nourriture, elle dit:
" Soyez béni mon père pour toute l'aide et le réconfort que vous nous apportez."

Puis, elle te tend ses mains et se relève péniblement pour poser sa bouche tout prêt de ton oreille. Dans un murmure très faible - si faible que même toi tu as du mal à la comprendre - elle te déclare solennellement:
" J'ai vu aujourd'hui toute la peine que j'inflige à Dame Devarona à cause de ma santé... Je vais tout faire pour guérir afin qu'elle ne meure pas de chagrin."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaueko
Admin
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 22/03/2011

MessageSujet: Re: [Iago] Discussion avec Devarona   Lun 8 Juil - 9:57

Le début de réponse de la jeune servante fit sourire le père Iago.

"Non en effet, pardonnez moi, la force de l’habitude sans doute, tout le monde n’est pas aussi sincère que vous l’êtes."

Puis à l’évocation de Devarona, le cœur du jeune prêtre s’emballe et il baisse légèrement les yeux car il sait que si son regard croise celui de sa belle, il ne pourrait probablement pas se livrer ainsi.

"Je vous promets de la protéger, sur mon honneur d’homme, car elle compte énormément pour moi, et je chéri chaque instant que Dieu m’accorde à ses côtés,  la savoir sous la coupe d’une quelconque menace m’est insupportable, et son confort est indispensable à mon équilibre. Sans compter qu'en tant qu’homme de foi  je me dois d’apporter protection aux saintes personnes comme elle. Donc oui je vous promets de veiller sur elle, mon amie."

Pendant la quinte de toux le père Iago se montre prévenant et aide Kallista à s’allonger

"Économisez vos forces, le combat n’est pas terminé et vous en aurez besoin."

Retenant la malade afin qu’elle ne se fatigue pas inutilement en voulant lui parler à l’oreille le père écoute attentivement avant de lui répondre à voix basse :

"Elle a en effet beaucoup d’affection pour vous, mais ne vous sentez pas coupable d’être malade, utilisez la force que vous apporte cette amitié pour vaincre la maladie."

Le père Iago allonge de nouveau la servante et lui donne de quoi se désaltérer.

"Je vais bientôt vous laissez vous reposer, vous en aurez bien besoin, mais avant cela nous allons prier, et remercier Dieu pour avoir permis ma présence ici ce soir, car sans son intervention, je serais bien loin de vous."

Le Lasombra prend la main de Kallista dans la sienne, et tend l’autre vers Devarona, lui demandant ainsi de les rejoindres. La prière dureras de longues minutes, le père Iago cherche bien évidement à redonner du courage à Kallista mais il tiens également à remercier sincèrement Dieu qui a mis sur son chemin ce médaillon à un moment crucial.
Le père Iago se relève doucement à la fin de la prière, relâchant la main de Devarona uniquement quand il s’en sent obligé (soit par la correction ou pour le coté pratique).

"Je vais maintenant me retirer mon amie, je ne manquerais pas de repasser vous voir chaque nuit jusqu'à mon départ, en attendant reposez vous bien, et surtout remettez vous. Puis je vous emprunter la douce présence de Dame Devarona quelques instants ?"

Après avoir entendu la réponse de Kallista le père Iago se retire de la chambre et attendant patiemment sa belle si elle souhaite s’entretenir en privée avec la servante.

Quand elle arrive, il la prend dans ses bras sans soucier des convenances, car il sait qu’elle a besoin de son soutien, et que dans le fond il a bien besoin également d’un peu de réconfort. Passé les premiers émois de l’étreinte il commence à lui parler d’une voix douce et réconfortante.

"Pardonnez-moi ma douce amie, mais je ne pourrais pas rester aussi longtemps que je le souhaiterais, mes « filles » sont toujours en Hongrie et sans nouvelles de ma part pendant une trop longue durée je crains qu’elles ne se fassent du mauvais sang, mais je retarderais autant que la raison l’autorise mon départ. Mais si le besoin s’en fais sentir et si j’en ai de nouveau la possibilité je reviendrais très vite, comme je l’ai fais ce soir.
Relâchant l’étreinte le père Iago garde tout de même un contact physique avec la Lamie, mains dans les mains ils se font maintenant face.
A ce sujet, il faut que vous connaissiez les événements qui m’ont conduis ici ce soir : Il y a deux nuits de cela, alors que votre absence pesait cruellement sur mon cœur, je me suis concentré sur votre pendentif, comme je l’avais déjà fais à plusieurs reprise dans pareil situation. Mais cette fois ci, j’ai eu une vision, je vous y ai vu attristée, l’image a été fugace car ma concentration s’est dissipée avec la surprise. Cependant je savais que je devais rentrer au plus vite, pendant les deux nuits suivantes, j’ai réfléchis à une solution, envisageant toutes les possibilités pour un retour au plus vite. La réponse n’a pas tardé, lors d’une quête avec mes compagnons, nous avons trouvé un objet surprenant, utilisable uniquement par un Lasombras, permettant de voyager très rapidement vers un lieu connus de l’utilisateur. J’ignore encore beaucoup de choses sur cet objet mais je ne remercierais jamais assez Dieu de l’avoir mis sur ma route car grâce à lui je peux aujourd’hui être là pour vous…"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antre-gaueko.forumgratuit.org
Papyrus
test


Messages : 427
Date d'inscription : 05/04/2011
Age : 47

MessageSujet: Prières   Ven 12 Juil - 18:11

La prière réalisée à trois, mains dans les mains est émouvante. Le père Iago sent la froideur naturelle de Devarona mais il perçoit également une froideur inhabituelle en touchant la main de Kallista. La maladie - surement à l'oeuvre sur ce pauvre corps fébrile - entame même très certainement sa résistance et sa vitalité.

Une fois la prière terminée et les convenances d'usage réalisées pour partir, Iago se retrouve seul avec la caïnite. Ecoutant ton discours, elle souscrit à tes propos.
" Oui, ce médaillon est très particulier. Il a plus de mille ans à vrai dire et il a une grande signification pour moi. Je vous expliquerai cela peut être un jour si je me sens autorisée à le faire. En tout cas, je suis ravie de vous l'avoir confié et qu'il ait si bien fonctionné. Suffisamment en tout cas pour que vous ne cerniez à distance mon état d'esprit. Je ne puis imaginer en tout cas que tout ceci soit le fruit du hasard ou le résultat d'incroyables coïncidences."

Devarona baisse alors la tête et caresse tes mains avec les siennes, surement pour se réchauffer grâce à ton humeur sanguine. A moins que...
" Je tenais à vous remercier pour toute l'aide apportée à ma servante. Je vous suis redevable de tant de choses depuis notre rencontre. Ma gratitude vous est également accordée pour avoir demandé à Garinol Cappadocius la possibilité de me faire participer à ses recherches sur le crâne de vampire que vous avez découvert. C'est un immense honneur pour moi et je ferai tout pour être digne de sa confiance et de la votre. Car il est venu me voir peu de temps après notre rencontre chez votre sire et il m'a tout de suite proposé de travailler en collaboration avec lui."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaueko
Admin
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 22/03/2011

MessageSujet: Re: [Iago] Discussion avec Devarona   Sam 13 Juil - 21:39

"Si ce médaillon compte pour vous, sachez qu’il en est de même pour moi, même si j’en ignore la signification. Il est précieux pour moi car je le tiens de vous. Je le porte en permanence contre ma peau, ainsi je le ressent à chaque instant."

"Pour Kallista c’est le moins que je puisse faire, j’aimerais pouvoir plus mais la distance n’aide pas et le temps joue contre moi. Et vous ne m’êtes redevable de rien, vous m’avez tant apporté depuis notre rencontre… Grâce à vous j’ai repris le droit chemin, et l’influence de la bête reste faible."

"Je sais que l’érudition est une passion pour vous, et je ne voulais surtout pas manquer cette occasion, Garinol Cappadocius allait forcément avoir d’aide, et tant qu’a faire autant que vous puissiez y trouver votre place. Je ne doute pas un instant que vous serez digne de notre confiance. Mais de grâce prenez soin de vous, j’ai vu a quoi on mener ses précédentes recherches, fort heureusement il n’y a pas eu de blessé, mais je ne voudrais pas que les choses tournent mal."


Rassemblant tout son courage le père Iago dépose un doux baiser sur le front de sa belle, tout en conservant ses mains contre les siennes.

"Vos mains sont si douces… Je crois que je ne me lasserais jamais de cette agréable sensation, je pourrais rester ainsi pendant des heures malheureusement mais je vais devoir me retirer avant que le soleil me surprenne, la nuit touche à sa fin et je dois rejoindre mon logis."

"Avec votre autorisation je reviendrais la nuit prochaine, vers la minuit, après avoir réglé quelques affaires, et la nuit suivante je repartirais…"

(La nuit suivante n’a pas besoin d’être spécialement détaillé, sauf besoin de ta part Didier, Iago vas surtout profiter de pouvoir passer du temps avec Devarona et Kallista sans toutefois la fatiguée).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antre-gaueko.forumgratuit.org
Papyrus
test


Messages : 427
Date d'inscription : 05/04/2011
Age : 47

MessageSujet: Baiser d'au revoir   Dim 14 Juil - 20:14

Devarona écoute religieusement ton discours et tes imprécations. Elle semble d'accord à peu près sur tout par rapport à ton discours.
" Si je vous ai aidé à retrouver le droit chemin, tant mieux pour vous. Les mortels disent que l'amour donne des ailes et c'est un peu la sensation que j'ai en ce moment, même si nos séparations forcées me déchirent le coeur. Néanmoins, je dois reconnaitre que le plaisir de vous revoir n'en sera que décuplé... Et je serai prudente concernant les recherches du maître Cappadocien. Garinol reste un homme prudent et je pense n'avoir pas grand chose à craindre avec lui; et puis son monastère est très bien protégé."

Répondant à ton baiser sur le front, Devarona t'embrasse sur la joue. Une légère maladresse de sa part te fait constater que ses lèvres se sont retrouvées très proches des tiennes. La froideur de sa bouche ne laisse planée aucun doute quant à la localisation du baiser...
Une expression espiègle se dessine alors sur ses traits et elle prend tes mains pour les embrasser affectueusement.
" A demain soir mon cher Iago, puissiez vous revenir demain comme promis afin de réconforter Kallista tout en passant un dernier moment ensemble avant votre départ."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaueko
Admin
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 22/03/2011

MessageSujet: Re: [Iago] Discussion avec Devarona   Lun 23 Déc - 9:25

Profitant d'un bref instant de calme avant de repartir vers Belgrade, le père Iago emmène dame Devarona à l'écart de toutes oreilles indiscrète pour s'entretenir quelques instant avec elle.

Ma douce amie, notre temps vas être court, bien trop court malheureusement, mais je n'aurais pas pu repartir sans passer quelques précieux instant auprès de vous.

Prenant les mains de sa belle entre les siennes, le père Iago, baisse légèrement la voix, sans doute par timidité, avant de reprendre.

Après ces quelques jours et cette histoire sordide, vous retrouver est un immense plaisir. J'ai vu a quels extrêmes pouvait mener la diablerie à outrance et les serments de sang, aussi je vous fais la promesse d'éviter au possible ces deux situations, afin que mon jugement ne soit jamais biaisé ou mes sentiments altérés.

A voix plus hautes, et d'un ton plus assuré :

Comment vas Kallista ? J'ai entendu dire que sa santé s’améliorait ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antre-gaueko.forumgratuit.org
Papyrus
test


Messages : 427
Date d'inscription : 05/04/2011
Age : 47

MessageSujet: Re: [Iago] Discussion avec Devarona   Lun 23 Déc - 14:55

Sitôt ta première phrase prononcée, Dévarona se love autour de toi et t'enlace tendrement.
" Il me tardait de vous revoir et j'avoue avoir été déçu lorsque j'ai appris que vous étiez revenu en coup de vent sans prendre la peine de passer me voir.." dit-elle en affichant un sourire espiègle.

" Mais je vous pardonne car je suis trop contente de vous voir en cet instant et je ne peux me résoudre à vous faire un quelconque reproche tellement ma joie est forte. Je sais que vous ne resterez pas longtemps mais le fait de savoir que vous pouvez revenir auprès de moi à tout instant me réconforte et soulage la peine que provoque notre séparation."

Puis, évoquant les tragiques évènements de Belgrade, la Lamie te regarde dans les yeux et son regard affiche une petite tristesse passagère:
" En effet, les liens de sang et autres diableries nous égarent et puissions nous ne jamais vivre et subir ce que ce couple de Belgrade a put endurer durant de trop nombreuses années."

Souriant de nouveau, Dévarona continue à se coller à ton corps tout en te caressant le visage avec ses mains. Sa peau froide et glacée est difficile à supporter, mais tu endures l'instant sachant que cela lui fait le plus grand bien.
" Oh oui! Kallista va mieux. Evidemment, elle n'est pas encore sortie d'affaire, mais son état de santé s'améliore et si vous souhaitez venir la voir pour la réconforter, je n'y verrai aucune objection bien au contraire car je pense que votre présence lui fera le plus grand bien."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaueko
Admin
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 22/03/2011

MessageSujet: Re: [Iago] Discussion avec Devarona   Lun 23 Déc - 20:26

"Et j'ai eue toute les peines du monde à ne pas passer vous voir, mais le temps manquait cruellement.
Néanmoins en revenant chercher nos protégées, j'aurais fais un détour pour vous rendre une courte visite."

"Le médaillon me permet en effet de revenir prêt de vous à tout instant, mais il ne faut pas perdre de vue que le voyage n'est pas sans danger, et j'ignore son si usage à des conséquences, aussi j'essaye de l'utiliser le moins possible."

"Fort heureusement je sais que quand mon voyage seras terminé, je pourrais être près de vous plus souvent, et cette pensée m'accompagne tous les jours."

(Si la durée de la halte à Prague le permet je passe voir Kallista rapidement, du genre une petite demi heure; ça doit être gérable)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antre-gaueko.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Iago] Discussion avec Devarona   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Iago] Discussion avec Devarona
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'antre :: Iago-
Sauter vers: